Solo voyage en Thaïlande

Hello, C’est toujours avec grand plaisir que je te partage aujourd’hui une nouvelle vidéo sur la Thaïlande, intitulée Voyager seule en tant que femme en Thaïlande: mon expérience et mes conseils.

Cette vidéo me tient particulièrement à coeur car elle incarne un changement dans ma vie. Partir seule signifiait (et signifie toujours) énormément pour moi. C’était un cadeau que je me faisais. Pour la première fois, j’allais dépenser de l’argent pour mon propre bien-être. J’allais sortir de ma zone de confort et de ma zone de sécurité (imaginaire). J’allais quitter l’Europe pour la première fois. J’allais partir à l’inconnu, en mode solitaire, en prenant le risque d’être seule et de me confronter à ma propre personne pendant 3 semaines.

Mais je l’ai fait. Et tu auras compris à ce stade que je l’ai pas regretté une seconde. J’ai fait de magnifiques rencontres, vu des paysages époustouflant, rencontré l’océan pour la première fois… Et par dessus tout, je me suis retrouvée. Redécouverte.  En grandissant, j’ai un grand nombre de peurs et de phobies qui se sont accumulées dans ma vie. Alors que quand j’étais enfant, je ne craignais rien. J’ai reconnecté avec l’aventurière enfouie en moi.

aaa

J’ai surmonté le vertige en faisant de l’escalade, la claustrophobie en allant dans une grotte, la peur des longs vols et prenant un vol direct jusqu’à Bangkok de 12h, la peur de conduire en louant un scooter pour faire le tour de Koh Lanta. Et j’en passe.

Tout ce que te souhaite, c’est que tu expérimentes ça au moins une fois dans ta vie.

J’en viens enfin à mes péripéties que j’ai promis de te dévoiler dans ma vidéo. Deux petites anecdotes pour te montrer que rien n’est parfait. Que même les plus beaux moments ont leurs petits moins et surtout une bonne leçon à t’apporter.

1) À mon arrivée à Bangkok, j’ai pris un taxi pour m’emmener à mon hostel – c’était ce qu’on m’avait conseillé au préalable, étant donné que c’était ma première fois en Asie. Et le moins que je puisse te dire c’est que je l’ai regretté. Le chauffeur m’a déposé au milieu de nulle part, en réclamant son dû. Je ne me suis rendue compte de rien (j’étais complètement jet-laguée à cause du vol et ne suivais pas l’itinéraire sur MapsMe). Il est parti, en me disant que je trouverai l’auberge de jeunesse au bout de la rue. Au bout de 10 minutes à tourner en rond, j’ai demandé de l’aide à un petit garçon qui jouait avec un tuyau d’arrosage. Il a directement appelé son papa qui est venu à mon secours. Pomme (son papa) m’a très vite expliqué que j’étais à 1h de mon auberge et que le taxi m’avait arnaquée. Puis, il m’a mis dans sa voiture (ça aurait pu être une mauvaise rencontre mais mon intuition me disait qu’il me voulait du bien. Et le petit garçon était avec nous), m’a conduit jusqu’à l’autoroute et y a arrêté un taxi puis a pris le temps de lui expliquer où je devais me rendre. Il a pris le numéro de téléphone du taxi et le mien et m’a appelée 3 fois durant mon trajet d’une heure jusqu’à l’hostel pour s’assurer que tout allait bien. Quel amour. Ah oui ça ne s’arrête pas là, tu imagines bien que dans mon état que n’ai pas pris de temps d’acheter une carte SIM thaïlandaise. SFR red m’a prélevé 50 euros pour 5 minutes de Google Maps et 70 euros pour les appels dans le taxi avec Pomme. Comme quoi, l’aventure thaïlandaise n’avait pas commencé du bon pied. Mais ça m’a sûrement d’autres galères par la suite. Après ça, je regardai « presque » toujours l’itinéraire sur MapsMe*. Et puis avec du recul, ce n’est vraiment rien. Juste une perte matérielle. Et une magnifique rencontre en bonus.

2) Ma deuxième galère a eu lieu sur la fameuse île touristique de Koh Phi Phi. J’étais en soirée avec mes potes polonais et à 1h30 du matin, j’ai décidé qu’il était temps de rentrer car j’avais réservé une excursion le tôt lendemain. Mon bungalow se situait environ à 10 minutes pied de la soirée. J’ai mis 3h à le retrouver. Non pas parce que j’étais saoul (lol), je n’ai pas bu une goutte d’alcool, c’était un défi que je m’étais lancée. Mais parce que Koh Phi Phi est un vrai labyrinthe. De plus, c’était la saison basse alors il y avait peu de personnes sur mon chemin, et aucune d’entres elles n’ont su me dire où trouver mon bungalow. Ah oui, petit détail qui mérite d’être énoncé, j’avais bien un plan papier avec moi – et plus du tout de batterie donc pas possible d’utiliser MapsMe*. Mais ça ne m’a pas aidée pour autant haha. J’ai fini dans la jungle au milieu de nulle part. J’ai cru que j’allais y passer. Maintenant de l’écrire ça me paraît tellement absurde mais sur le coup je me trouvais là, au trou du cul du monde, en train de pleurer. Et sans personne qui pouvait m’aider. J’ai fini par reprendre mes esprits et le calmer. J’ai réfléchi à la situation. Je m’étais emportée au bout de 5 minutes à chercher. C’était l’engrenage de pensées négatives dans ma tête qui m’avait mis dans cette situation. Suite à cette prise de conscience, j’ai trouvé mon chemin et étais chez moi 10 minutes après. Comme quoi s’énerver ne mène à rien (même si j’ai conscience que c’est plus facile à dire qu’à faire). Merci la vie pour cette leçon.

MapsMe* est l’équivalent de Google Maps sans besoin d’internet si tu as fait charger les cartes avant (il me semble que c’est une carte par ville, à vérifier).

Et voilà, c’est la fin du post de la semaine sur thegreenharmonia.com. On se retrouve la semaine prochaine !

aaaaaaN’hésite pas à laisser un commentaire si tu as des questions, je me ferai un plaisir de te répondre.

Mélodie 

via Corps & Esprit

Un commentaire sur “Solo voyage en Thaïlande

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s